Étudiante et auto-entrepreneure

Peut-on être à la fois Auto-Entrepreneur et étudiant ?

Est-il possible d'être à la fois étudiant et autabo-entrepreneur (régime de la micro-entreprise) ? Peut-on devenir auto-entrepreneur pendant ses études ?

Vous êtes étudiant ? Que ce soit pour arrondir vos fins de mois ou financer vos frais de scolarité, vous avez la possibilité de créer votre auto-entreprise en parallèle de vos études. Vous pourrez ainsi développer de nouvelles compétences tout en générant un complément de revenu.

En effet, la souplesse de ce statut peut permettre à tout futur diplômé :

  • de lancer rapidement une petite activité indépendante 👔 (services de conseil en marketing, vente de bijoux en ligne, prof de yoga,...) ;
  • d'effectuer certains jobs non-salariés 🚗 (chauffeur Uber, livreur de repas Uber Eats, distributeur de flyers,...).

Mais quels impôts va devoir payer l'auto-entrepreneur étudiant ? Ce cumul aura-t-il un impact sur son affiliation à la sécurité sociale étudiante, sur les aides de la CAF ou sur son éligibilité à l'ACRE ? Peut-il rester étudiant boursier ? Est-il possible de bénéficier de cette double casquette en étant mineur ou étranger ?

<img draggable= Réponse rapide : Oui, il est possible d’être auto-entrepreneur (micro-entrepreneur) et étudiant en parallèle.

Plébiscité par de nombreux jeunes, le cumul études/auto-entrepreneuriat regorge d'atouts :

  • vous commencez à gagner de l'argent avant d'avoir terminé vos études ;
  • vous pouvez monter en compétences et acquérir de l'expérience ;
  • vous disposez d'une véritable autonomie professionnelle en payant des charges sociales et fiscales relativement faibles (notamment grâce à l'ACRE pendant les 4 premiers trimestres) et en profitant de démarches simplifiées ;
  • vous pouvez être compétitif car vous ne facturez pas la TVA ;
  • vous pouvez ajuster votre volume d'activité en fonction de vos obligations d'étudiant (cours, révision de partiels,...).

Si les formalités de création et de gestion sont relativement simples, certaines conditions doivent toutefois être respectées pour pouvoir être à la fois étudiant et auto-entrepreneur :

  • vous ne pouvez pas exercer certaines activités si vous êtes toujours mineur, même émancipé ;
  • certaines activités sont réglementées : vous devez obtenir le diplôme adéquat avant de vous lancer.
L'étudiant-entrepreneur pourra, sous certaines conditions, continuer à bénéficier des aides de la CAF (APL, prime d'activité,...) et d'une bourse d'études. Il devra toutefois veiller à ce que ses revenus en tant qu'indépendant ne viennent pas augmenter de manière trop importante les ressources de son foyer fiscal.

Enfin, notez que ce cumul ne doit pas être confondu avec le statut national d'étudiant-entrepreneur. Accessible sur dossier, celui-ci ne concerne que quelques milliers de jeunes.

Dans cet article, nous ferons le point sur les conditions du cumul études / auto-entreprise afin de vous aider à y voir plus clair. Nous vous expliquerons point par point comment bénéficier des atouts du statut auto-entrepreneur tout en restant étudiant.

Nous répondrons notamment aux questions suivantes :

  • Puis-je exercer n'importe quelle activité en tant que jeune auto-entrepreneur ?
  • Comment vais-je être imposé ? Quelles seront les charges sociales à payer ?
  • Quel va être l'impact sur mes aides : CAF (APL et prime d'activité) et bourse d'étude ?
  • L'auto-entreprise constitue-t-elle un choix pertinent pour un étudiant ? Quelles sont les alternatives à ce statut ?

📌 Bon à savoir : depuis 2016, le statut "auto-entrepreneur" est devenu statut "micro-entrepreneur".


Le terme d'"auto-entrepreneur" reste toutefois couramment utilisé.

Être étudiant et auto-entrepreneur : un cumul possible sous certaines conditions

étudiant auto-entrepreneur cumulVous suivez des études, et vous vous intéressez au statut d’auto-entrepreneur ?

Vous n’êtes pas seul : ce régime est prisé par de nombreux étudiants – aussi bien de premier cycle (licence), de deuxième cycle (master) que de troisième cycle (doctorat).

Selon le 4ème Baromètre Envie d’entreprendre1 jeune sur 2 de 18 à 24 ans souhaite monter sa boîte. Cette proportion ne s'élève qu'à 30% pour le reste de la population.

Et une étude de l'INSEE montre qu'un tiers des créateurs d'auto-entreprise avaient moins de 30 ans en 2014 – contre seulement 18% pour les formes d'entreprises "classiques".

La raison ? Du fait de sa souplesse et de sa simplicité, il s'agit du régime idéal pour entreprendre en parallèle de vos études.

💼 Présentation du statut auto-entrepreneur

Mais attention : pour être à la fois étudiant et auto-entrepreneur, deux conditions doivent impérativement être respectées. Elles concernent :

  • votre âge (et votre éventuelle émancipation si vous êtes mineur) ;
  • la nature de l'activité que vous souhaitez exercer.

🗺️ Je suis étudiant étranger : ai-je la possibilité de devenir auto-entrepreneur ?

📌 Vous êtes étudiant en alternance, et vous aimeriez profiter de la souplesse du statut auto-entrepreneur pour lancer votre activité ?

Il est possible, sous certaines conditions, d'être simultanément auto-entrepreneur et stagiaire ou apprenti.

🚫 Première restriction : l'âge de l'étudiant

La première restriction qui encadre le cumul étudiant auto-entrepreneur concerne votre âge.

Il convient de distinguer trois cas :

🧑 Vous êtes majeur

🧒 Vous êtes mineur non émancipé

👦 Vous êtes mineur émancipé 

🚫 Deuxième restriction : certaines activités nécessitent un diplôme

Vous n'avez pas encore obtenu votre diplôme ?

Sachez que certaines activités sont réglementées – et ce quel que soit le statut juridique de votre entreprise. Elles ne peuvent être exercées que par une personne diplômée ou titulaire de certaines certifications spécifiques (ou sous le contrôle de celle-ci).

Impossible donc, en tant qu'étudiant, d'exercer une telle activité avant d'avoir obtenu votre diplôme.

🔍 Exemple : Célia, âgée de 18 ans, vient de commencer à préparer un CAP d'esthétique. Pour arrondir ses fins de mois, elle souhaite proposer des services esthétiques à domicile en tant qu'auto-entrepreneur.

Pour pouvoir le faire, elle devra obligatoirement attendre d'avoir obtenu son CAP.

Retrouvez la liste complète des activités nécessitant une qualification professionnelle (2) ci-dessous :

📋 Liste des activités réglementées

Quelles sont les charges de l'étudiant auto-entrepreneur ?

C'est sans doute le piège qui guette les jeunes auto-entrepreneurs : confondre leur chiffre d'affaires et leur bénéfice net.

Vous l'aurez compris : vous ne pourrez pas conserver l'intégralité des sommes qui atterriront sur le compte de votre auto-entreprise.

En plus de vos charges d'exploitation (achat de marchandises, frais de déplacement, dépenses en communication,...), vous devrez verser :

  • des cotisations sociales (12,8% ou 22% de votre chiffre d'affaires) ;
  • des impôts. Votre chiffre d'affaires sera soit ajouté aux revenus de votre foyer fiscal après application d'un abattement auto-entrepreneur, soit payé à travers le dispositif du versement libératoire.

Étudiant auto-entrepreneur et sécurité sociale : quels impacts sur les charges sociales et les prestations ?

Une double affiliation

L'étudiant auto-entrepreneur est affilié au régime général de la Sécurité Sociale au titre de ses deux activités.

📌 Bon à savoir : Avec l'entrée en vigueur de la loi "Orientation et réussite des étudiants", le régime étudiant de la Sécurité Sociale a disparu le 31 août 2019.


C'est dorénavant la Caisse Primaire d'Assurance Maladie qui est chargée des remboursements de frais de santé de tous les étudiants.

Même après la création de son auto-entreprise, il continuera à bénéficier des prestations santé auxquelles il a droit en tant qu'étudiant. Il pourra également bénéficier des remboursements de sa mutuelle étudiante (ou de la mutuelle de ses parents).

📌 Bon à savoir : Auto-entrepreneur ou non, tout étudiant a la possibilité d'adhérer à une mutuelle. Cette complémentaire santé lui permet d'être couvert pour la période allant du 1er octobre de l'année en cours au 30 septembre de l'année suivante.

Des cotisations égales à un pourcentage de votre chiffre d'affaires

Même si vous êtes déjà couvert en tant qu'étudiant, vous devez nécessairement verser des cotisations au titre de votre activité d'auto-entrepreneur. Vous ne bénéficiez d'aucune exonération.

Ces cotisations vont correspondre à un pourcentage de votre chiffre d'affaires, qui diffère selon la nature de votre activité indépendante :

  • 12,8% pour une activité de vente de marchandises ;
  • 22% pour une activité de prestations de services ou une activité libérale.

Ces versements auront lieu, en même temps que votre déclaration de chiffre d'affaires, tous les mois ou tous les trimestres.

📌 Bon à savoir : En étant auto-entrepreneur pendant vos études, vous commencez (déjà) à cotiser pour votre retraite.

Voici un tableau récapitulatif des charges que vous devrez payer, chaque mois ou chaque trimestre (la colonne "VFL" ne concerne que les étudiants ayant choisi cette option) :

Type d'activité

Cotisations sociales

Versement Forfaitaire Libératoire (VFL)

Contribution à la Formation Professionnelle (CFP)

Taxe pour Frais de Chambre Consulaire (TFC)

Total

Vente de marchandises, hébergement et restauration

12,8%

1%

0,1%

0,015%

13,915%

Prestation de services BIC (activité artisanale)

22%

1,7%

0,3%

0,48%

24,48%

Prestations de services BNC (activités commerciales, location en meublé)

22%

1,7%

0,2%

0,044%

23,944%

Professions libérales

22%

2,2%

0,2%

0%

24,4%

👍 Étudiant auto-entrepreneur et ACRE : des cotisations allégées pendant les 4 premiers trimestres d'activité

📌 Bon à savoir : Si vous ne générez pas de chiffre d'affaires, vous ne paierez ni impôt, ni cotisation sociale

Impôts de l'étudiant et auto-entrepreneur : l'importance du foyer fiscal

Impôts auto-entrepreneurEn plus des cotisations sociales, vous allez devoir payer des impôts, qui vont dépendre de vos revenus d’auto-entrepreneur.

Le résultat généré par votre activité indépendante (c’est à dire votre chiffre d’affaires diminué d’un abattement) va être ajouté à la base taxable à l’impôt sur le revenu de votre foyer fiscal.

📌 Bon à savoir : soumis au régime micro-fiscal, les auto-entrepreneurs ne facturent pas la TVA s'ils ne dépassent pas certains seuils de chiffre d'affaires. Ceux-ci s'élèvent à :

  • 34 400 € pour des artisans, des prestations de services et professions libérales ;
  • 85 800 € pour des commerçants.

En contrepartie, ils ne peuvent pas récupérer la TVA sur leurs achats.


➡️ À lire également : Tout savoir sur le régime de TVA de l'auto-entrepreneur

Tout étudiant âgé de moins de 25 ans peut choisir d'être rattaché au foyer fiscal de ses parents, ou d'être imposé de manière indépendante.

Ainsi, deux cas doivent être distingués :

  • vous n'êtes pas rattaché au foyer fiscal de vos parents : vous devez remplir votre propre déclaration de revenus. Si vous êtes étudiant, c'est possible seulement si vous êtes âgé de moins de 25 ans ;
  • vous êtes rattaché au foyer fiscal de vos parents : vos revenus d'auto-entrepreneur vont alors être déclarés par vos parents.

🏠 La notion de foyer fiscal

👦 Premier cas : l'étudiant n'est pas rattaché au foyer fiscal de ses parents

Vous effectuez votre propre déclaration de revenus, indépendamment de celle de vos parents : votre activité n'aura aucun impact sur leur imposition.

Vos revenus sont imposés selon le régime fiscal de la micro-entreprise. L'administration applique un abattement forfaitaire pour frais professionnels à votre chiffre d'affaires. Celui-ci est égal à :

Les services fiscaux vont ainsi pouvoir déterminer votre bénéfice d'auto-entrepreneur. C'est ce bénéfice qui sera ensuite soumis au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

🔎 Cas pratique

Dans votre déclaration annuelle de revenus, vous préciserez :

  • vos revenus générés en tant qu'auto-entrepreneur. En fonction de l'activité que vous exercez, ceux-ci seront à déclarer soit dans la catégorie des micro-BIC (Bénéfices Industriels ou Commerciaux), soit dans la catégorie micro-BNC (Bénéfices Non Commerciaux) ;
  • votre pension alimentaire, le cas échéant, dans la catégorie "pensions alimentaires perçues" ;
  • tous vos autres revenus éventuels : salaires, revenus locatifs,...
📌 Bon à savoir : les auto-entrepreneurs sont désormais soumis au dispositif du prélèvement à la source. Des acomptes mensuels seront calculés chaque année en septembre, en fonction de votre déclaration du printemps.

Notez que ce nouveau mode de paiement n'a pas d'incidence sur le calcul de vos impôts.
💸 L'option pour le versement forfaitaire libératoire : payez vos impôts tous les mois ou tous les trimestres

En tant qu'auto-entrepreneur, vous avez la possibilité d'opter pour le versement forfaitaire libératoire. Votre chiffre d'affaires sera imposé à 1%, 1,7% ou 2,2%, selon la nature de l'activité que vous exercez.

Certaines conditions doivent toutefois être respectées :

  • votre chiffre d'affaires de l'année précédente ne dépasse pas certains plafonds (72 500 € pour des prestations de services, 176 200 € pour de l'achat-revente)
  • votre revenu fiscal de référence de l'avant-dernière année (l'année N-2) est inférieur à 27 519 € (si vous êtes le seul membre de votre foyer fiscal)

🔎 Comment en bénéficier ?

L'avantage : vous allez payer vos impôts au fur et à mesure, à la fin de chaque mois ou de chaque trimestre, en même temps que vos cotisations sociales. Ceux-ci correspondront à un pourcentage fixe de votre chiffre d'affaires. Vous pourrez ainsi éviter d'éventuels problèmes de trésorerie.

Les sommes tirées de votre auto-entreprise ne seront par la suite pas soumises au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

Elles seront toutefois prises en compte, après application d'un abattement, pour déterminer le taux d'imposition de votre autres revenus. Vous devrez ainsi renseigner le chiffre d'affaires généré par votre activité sur la déclaration complémentaire 2042-C-PRO.

Vous pensez que votre revenu global de l'année sera inférieur au seuil de non-imposition (15 303 € en 2020), et que vous ne serez donc pas imposable ?


Mieux vaut alors, dans la plupart des cas, ne pas opter pour le prélèvement fiscal libératoire. En effet, si vos revenus restent inférieurs à ce seuil, vous ne paierez aucun impôt.

👨‍👨‍👦 Deuxième cas : l'étudiant est rattaché au foyer fiscal de ses parents

Vous êtes rattaché au foyer fiscal de vos parents ? Lors de leur déclaration fiscale, ils devront ajouter vos revenus d'auto-entrepreneur (diminués d'un abattement) aux leurs.

En augmentant leur revenu fiscal de référence, votre activité indépendante pourra avoir des conséquences importantes non seulement pour vous, mais aussi pour eux

  • aussi bien au niveau de leur taux d'imposition ;
  • que de l'accès à certaines prestations sociales (comme les allocations familiales ou l'APL) et bourses universitaires.
💸 Avec le versement forfaitaire libératoire (VFL) 

Sous certaines conditions, vous avez la possibilité d'opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire. Comme précisé plus haut, votre chiffre d'affaires sera alors imposé aux taux de 1%, 1,7% ou 2,2%.

Vous paierez simultanément les impôts et les cotisations sociales dues au titre de votre activité indépendante, chaque mois ou chaque trimestre.

Ainsi, même si vous êtes rattaché à leur foyer fiscal, vos parents n'auront pas à payer d'impôt sur le chiffre d'affaires de votre auto-entreprise. Votre activité pourra toutefois avoir un impact sur leur imposition, puisque votre chiffre d'affaires, diminué d'un abattement, sera pris en compte pour déterminer le taux auquel seront soumis les autres revenus du foyer. Ce chiffre d'affaires devra être renseigné sur la déclaration complémentaire 2042-C-PRO de vos parents.

Comme dans le cas précédent, deux conditions devront être respectées :

☑️ Première condition : votre chiffre d'affaires réalisé au cours de l'année civile précédente ne doit pas dépasser certains seuils

☑️ Deuxième condition : le revenu fiscal de référence de votre foyer ne doit pas non plus dépasser certains seuils

L'étudiant auto-entrepreneur a-t-il intérêt à rester rattaché au foyer fiscal de ses parents ?

Foyer fiscalCette question est loin d’être simple.

D’un côté, en restant rattaché à votre famille, vous pouvez lui permettre de diminuer sa pression fiscale en lui faisant bénéficier d’une part ou d’une demie-part supplémentaire.

Mais d’un autre côté, les revenus générés par votre auto-entreprise sont susceptibles de faire basculer votre foyer fiscal dans la tranche supérieure d’imposition. Avec, à la clé, une hausse d’impôt qui peut être importante.

Notez par ailleurs qu’en augmentant le revenu de votre foyer fiscal, vous êtes susceptible de ne plus pouvoir prétendre à certaines aides (CAF, bourse d’étude,…). En effet, le bénéfice de celles-ci dépend du niveau de revenu généré par votre foyer fiscal.

En conclusion, retenez que plusieurs paramètres doivent être pris en compte afin de déterminer la situation la plus avantageuse pour vous et vos parents. Nous vous invitons donc à en discuter avec votre famille afin d’essayer d’en évaluer les conséquences.

Si vous jugez que vous leur faites courir un “risque” trop important, n’hésitez pas à opter pour un détachement. Vous devrez remplir le formulaire de déclaration de revenus 2024, en précisant qu’il s’agit de votre première déclaration.

Un impôt local : la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)

Cotisation foncière des entreprisesDès la deuxième année de vie de votre entreprise, vous devrez verser un impôt local, en plus de votre taxe d’habitation : la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)

Il s’agit d’une charge fixe, dont le montant varie en fonction de la commune dans laquelle votre micro-entreprise est domiciliée.

Vous exercez votre activité depuis votre domicile, en clientèle ou depuis un bien immobilier dont la valeur locative est faible ? Vous serez alors exonéré de CFE en année N+2 si votre CA de l’année N est inférieur à 5 000 €.

L'étudiant qui lance sa micro-entreprise peut-il continuer à bénéficier des aides sociales de la CAF (APL, prime d'activité,...) et d'une bourse d'étude ?

CAF Caisse d'allocations familialesEn devenant auto-entrepreneur, l’étudiant peut-il continuer à bénéficier des aides de la CAF, d’une bourse d’études et de certains avantages ?

Tout va dépendre du chiffre d’affaires généré par son activité indépendante.

Intéressons-nous dans un premier temps aux aides versées par la CAF. Celles-ci sont, pour la plupart, soumises à des conditions de revenus.

📌 Bon à savoir : La CAF ne prend pas en compte le "foyer fiscal", mais le "foyer".Il s'agit de l'ensemble des personnes vivant sous le même toit. 


Au yeux de la CAF, vous êtes considéré à charge (et donc "rattaché" à vos parents) jusqu'à vos 20 ans (ou 21 ans pour ce qui concerne le complément familial et les allocations logement).


Une fois cet âgé dépassé, vous pourrez demander à devenir vous-même allocataire.

L’Aide Personnalisée au Logement (APL) : l'étudiant auto-entrepreneur peut continuer à en bénéficier sous condition de revenu 

Aide personnalisée au logement (APL)L’APL est une aide sociale qui aide ses bénéficiaires à payer leur loyer ou leur crédit immobilier. De nombreux étudiants la perçoivent.

Depuis le 1er janvier 2021, ce montant est calculé selon vos revenus des douze derniers mois glissants du bénéficiaire (au lieu de ceux de l’avant-dernière auparavant).

Vos revenus d’auto-entrepreneur sont susceptibles d’avoir les conséquences suivantes :

  • si vous êtes fiscalement rattaché à vos parents, ils peuvent avoir un impact négatif sur le montant de leur APL, voire leur en faire perdre le bénéfice ;
  • si vous n'êtes plus fiscalement rattaché à vos parents, ils peuvent vous impacter directement.

Les autres aides de la CAF : prime d'activité, RSA,...

La même logique s'applique également à toutes les autres aides de la CAF soumises à des conditions de ressources :

  • la prime d'activité (qui remplace le RSA activité et la prime pour l'emploi, et qui vise à inciter les travailleurs aux revenus modestes à exercer une activité professionnelle) ;
  • la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje) ;
  • les allocations familiales ;
  • etc.
Afin d'obtenir une estimation de vos droits, n'hésitez pas à vous appuyez sur ce simulateur fourni par la CAF.

📌 Bon à savoir : En tant qu'étudiant, vous ne pouvez pas (sauf exceptions) bénéficier du RSA (ce dispositif est toutefois ouvert aux autres auto-entrepreneurs âgés de plus de 25 ans).

Auto-entrepreneur et étudiant boursier : quel impact sur la bourse versée par le CROUS ?

Auto-entrepreneur et bourse du CrousLa bourse d’étudiant sur critères sociaux versée par le CROUS est calculée selon les revenus déclarés par vos parents pour l’année N-2. Deux cas doivent être distingués.

Si vous êtes fiscalement rattaché à vos parents, les revenus générés par votre activité vont venir s’ajouter aux leurs. Votre activité pourra donc avoir un impact dans deux ans – soit en diminuant le montant de votre bourse, soit en ne vous permettant plus d’en bénéficier.

🔎 Exemple

En revanche, si vous n'êtes pas rattaché au foyer fiscal de vos parents, vos revenus n'auront aucun impact dans le calcul de votre bourse.

📌 Nos conseils : nous vous recommandons d'utiliser ce simulateur afin de déterminer à partir de quels niveaux de revenus votre auto-entreprise est susceptible de limiter vos droits.


Vous pouvez également attendre votre avant-dernière année d'études pour créer votre auto-entreprise. 

Des aides financières à destination des étudiants

De nombreux dispositifs peuvent aider les étudiants à se lancer dans une aventure entrepreneuriale. En voici quelques uns :

🔎 Zoom sur l'accompagnement Cap'Jeunes

Au même titre que tous les chefs d'entreprise, le jeune auto-entrepreneur étudiant a la possibilité de demander à bénéficier d'un prêt d'honneur, notamment auprès des réseaux Initiative France et Entreprendre. Il s'agit d'un prêt personnel à taux zéro, généralement couplé à des prêts bancaires.

En 2015, les prêts d'honneur accordés par le réseau Initiative s'élevaient, en moyenne, à 9200 €.

📌 Bon à savoir : Si vous êtes âgé entre 18 et 25 ans et que vous souhaitez créer votre entreprise, vous avez la possibilité de bénéficier du dispositif NACRE. Vous pourrez ainsi profiter d'un véritable accompagnement : une aide pour monter votre dossier de création d'entreprise, un prêt à taux zéro compris entre 1 000 et 80 000 €, un support technique,...

📌 Bon à savoir : Vous êtes jeune diplômé et demandeur d'emploi indemnisé ? Vous avez la possibilité de créer votre auto-entreprise en conservant une partie de vos allocations chômage.

Où domicilier son auto-entreprise d'étudiant ?

Domiciliation auto-entrepriseEn tant qu’étudiant auto-entrepreneur, vous devez domicilier votre entreprise, afin que celle-ci puisse disposer d’un siège social. C’est à cette adresse que seront envoyés l’ensemble de vos courriers administratifs.

Le choix le plus simple consiste à domicilier votre auto-entreprise chez vous.

Malheureusement, la plupart des résidences étudiantes (relevant du CROUS ou du privé) n’autorisent pas la domiciliation d’entreprise dans leur règlement.

Si vous n’avez pas la possibilité de domicilier votre auto-entreprise à votre domicile, vous pouvez :

  • la domicilier chez vos parents ou chez l'un de vos proches ;
  • faire appel à une société de domiciliation d'entreprise.

📌 Bon à savoir : Quel que soit votre choix, votre auto-entreprise devra être enregistrée à votre nom.

Où exercer mon activité ?

Si vous décidez de travailler à votre domicile, nous vous suggérons de bien veiller à instaurer une frontière nette entre votre vie privée et votre vie professionnelle.

Vous comptez accueillir des clients ? Il est alors recommandé de s'assurer qu'aucune clause ne vous empêche d'exercer votre activité à votre domicile – que ce soit dans le règlement de copropriété de votre logement ou dans votre bail étudiant.

Statut National Étudiant-Entrepreneur (SNEE) : qu’est-ce que c’est ?

Statut étudiant-entrepreneurVous souhaitez entreprendre pendant vos études (ou juste après) tout en bénéficiant d’un accompagnement ?

Instauré en 2014 par le ministère de l’Éducation nationale, le statut national d’étudiant-entrepreneur est un dispositif d’accélération destiné à favoriser les chances de réussite entrepreneuriale des étudiants et des jeunes diplômés.

Il est accessible aux étudiants qui souhaitent poursuivre leur cursus universitaire tout en se lançant dans un projet d’entreprise. Il peut être également obtenu par un jeune fraîchement diplômé, qui devra alors se diriger vers l’obtention d’un diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur.

📌 Bon à savoir : le statut d'étudiant-entrepreneur n'a strictement rien à voir avec le cumul étudiant et auto-entrepreneur. Il ne permet pas de profiter des différents avantages de l'auto-entreprise (exonération de TVA, cotisations sociales réduites, abattement forfaitaire appliqué au chiffre d'affaires,...).

Notez par ailleurs que l'obtention de ce statut n'est pas automatique : elle doit faire l'objet d'une candidature, formulée auprès des pôles PEPITE.

Présentation du dispositif

Le dispositif étudiant-entrepreneur vise à inciter les jeunes à se lancer dans l’entrepreneuriat, tout en poursuivant leur cursus. S'adressant aussi bien aux étudiants en cours de formation qu'aux jeunes diplômés, il permet notamment d'accéder au diplôme d'établissement (DE) étudiant-entrepreneur.

Il fait partie des mesures mises en place dans le cadre Plan d'action en faveur de l'entrepreneuriat étudiant. Il ne s'agit pas d'un statut juridique à proprement parler, mais d'un dispositif d'accélération.

Au cœur de ce dispositif, on retrouve 29 PEPITEs (Pôles Étudiants pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat). En offrant un accompagnement aux étudiants-entrepreneurs, ils les aident à développer leur projet. Ces pôles sont répartis à travers l'ensemble du territoire français. N'hésitez pas à cliquer sur ce lien pour trouver le pôle le plus proche de votre domicile.

👍 Statut étudiant-entrepreneur : de nombreux avantages

Un statut délivré par un jury 

TrophéeL’obtention du statut étudiant-entrepreneur est soumise à l’appréciation d’un jury.

Pour se présenter, les candidats doivent remplir les conditions suivantes :

  • être âgé de moins de 28 ans ;
  • être titulaire du baccalauréat (ou équivalent) ;
  • être en cours ou en fin d'études.

L'inscription est gratuite.

📌 Bon à savoir : pour l'année 2014-2015, 645 dossiers ont acceptés sur les 923 dossiers déposés (soit près de 70% d'admission).

📋 Quelles démarches suivre pour obtenir le statut d'étudiant-entrepreneur ?

Le diplôme d'établissement étudiant-entrepreneur (D2E) 

diplôme d'établissement étudiant entrepreneurLe diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur constitue une formation à l’entrepreneuriat. Inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCPI), celle-ci est ouverte à tout individu ayant obtenu le statut national d’étudiant-entrepreneur.

Mettant l’accent sur le travail de terrain, cette formation va permettre à un étudiant de valoriser son parcours professionnel en le complétant avec des cours théoriques. Elle va lui offrir un cadre et des outils pour l’aider à piloter son activité.

L’étudiant devenu chef d’entreprise, pourra, dans le même temps, bénéficier de l’aménagement de son cursus.

La préparation de ce diplôme peut également se substituer à un stage ou à un projet de fin d’études obligatoire, afin de permettre au jeune de mener à bien son projet.

📌 Bon à savoir : Ce diplôme s'adresse à tous les étudiants et diplômés détenant au moins le baccalauréat, sans aucune limite d'âge. Ils doivent avoir au préalable obtenu le statut national d'étudiant-entrepreneur.


Si vous êtes âgé(e) de moins de 28 ans, vos frais d'inscription seront limités à 500 € par an (avec la possibilité de bénéficier d'une dispense). Il convient toutefois d'y ajouter les frais de sécurité sociale étudiante.

🧾 D2E : un contrat pédagogique à respecter 

👍 Quels sont les avantages du D2E ? 

Devenir auto-entrepreneur quand on est étudiant : est-ce une bonne idée ? Quelles sont les précautions à prendre ?

étudiant-entrepreneurMarc Zuckerberg et Bill Gates (Harvard), les fondateurs de Google (Stanford) : ils étaient tous étudiants lorsqu’ils ont commencé à travailler sur leurs entreprises respectives. Ils sont désormais à la tête de géants mondiaux valorisés à plusieurs centaines de milliards de dollars.

Même si vos chances de répliquer un tel succès restent minces, le statut auto-entrepreneur peut constituer une formidable porte d’entrée dans le monde de l’entrepreneuriat. Vous pourrez ensuite, si votre initiative est couronnée de succès, basculer vers un autre statut plus adapté à une activité florissante.

Le régime de l’auto-entreprise peut également être pertinent pour des projets de prestations de services, ou tout simplement pour certains petits jobs indépendants.

Auto-entrepreneuriat pour les étudiants : quels avantages ?

Voici quelques uns des nombreux avantages du cumul entre études et auto-entreprise :

👍 Des démarches simples et des obligations allégées

👍 Une mise à profit de vos acquis théoriques

👍 Pas de TVA à facturer

👍 Vous travaillez à votre rythme

👍 Des risques faibles

👍 Générer des revenus complémentaires

👍 Rendre votre CV plus attractif

👍 Idéal pour un petit job...

👍 ... mais aussi pour tester une idée d'entreprise

Quelles sont les limites du cumul études / auto-entreprise ?

Même si le statut d'auto-entrepreneur regorge d'atouts, ne foncez pas tête baissée !

Voici quelques éléments à garder à l'esprit si vous envisagez de cumuler vos études avec ce statut :

  • les revenus générés dans le cadre de votre auto-entreprise sont susceptibles de vous faire perdre le bénéfice de certaines aides (APL, prime d'activité) ou de votre bourse d'études ;
  • Certaines entreprises peuvent vous demander de prendre le statut auto-entrepreneur... pour vous traiter, in fine, comme un salarié. Sous leur autorité, vous pourrez être soumis à des horaires bien précis, à une obligation de présence, à un certain mode d'organisation,... Le tout sans la sécurité qui accompagne un contrat de travail ;
  • En tant qu'auto-entrepreneur, vous êtes susceptible d'engager votre responsabilité civile – voire même pénale –  en cas de manquements graves. Et si vous contractez des dettes professionnelles auxquelles vous n'êtes pas en mesure de faire face, votre patrimoine personnel sera susceptible d'être saisi. Vous avez toutefois la possibilité de vous prémunir contre ce risque en choisissant l'option pour l'EIRL lors de l'immatriculation de votre micro-entreprise ;
  • Vous ne pouvez pas déduire la TVA de vos achats, ni imputer vos frais professionnels réels sur votre chiffre d'affaires. Impossible également de lever des fonds en faisant entrer des associés dans votre auto-entreprise Ce statut est ainsi généralement peu pertinent pour une "grosse" activité, qui nécessite des investissements importants ;
  • Bien que cela soit possible, le statut auto-entrepreneur est souvent loin d'être idéal si vous envisagez de recruter un salarié.

📌 Rappel : Certaines activités sont réglementées. Il est donc impossible de les exercer avant d'avoir obtenu le diplôme ou la formation adéquats. Nous vous invitons ainsi à bien vous renseigner avant de lancer votre auto-entreprise.

Nos conseils aux étudiants

Conseils pour étudiantsLe statut auto-entrepreneur constitue un excellent tremplin pour commencer à facturer des prestations, ou pour tester la viabilité de votre projet avant de migrer vers une “véritable” société.

Voici quelques conseils avant de vous lancer :

💡 Restez vraiment indépendant

💡 N'oubliez pas les charges

💡 Faites preuve d'organisation

💡 Choisissez bien votre lieu de travail

💡 Traitez vos clients comme des rois

💡 Étudiez attentivement votre marché

💡 Assurez-vous de la compatibilité de votre activité avec le statut d'auto-entrepreneur

Si possible, n'hésitez pas à privilégier l'exercice d'une activité entrepreneuriale en lien direct avec vos études. Vous pourrez ainsi vous appuyer sur vos acquis théoriques, mais aussi valoriser plus facilement cette expérience si vous vous mettez par la suite à chercher un emploi.

📌 Bon à savoir : Vous avez la possibilité de vous prémunir contre les risques de saisies en choisissant l'option pour l'EIRL lors de la création de votre auto-entreprise.

Jobs d'étudiants en tant qu'auto-entrepreneur : où les trouver ?

Job étudiantQuand on parle de statut auto-entrepreneur, on pense immédiatement aux petites mains des géants de la mise en relation : chauffeur Uber, livreur Deliveroo,…

Mais de nombreuses autres activités peuvent être exercées dans le cadre d’un job étudiant – que ce soit derrière un ordinateur ou dans les locaux d’une entreprise.

Elles concernent des secteurs très variés : la logistique, la restauration, le marketing, l’événementiel, soutien scolaire,…

Des plateformes de mise en relation entre étudiants auto-entrepreneurs et sociétés peuvent vous permettre de trouver facilement des clients pour effectuer ce type de mission. Il vous suffit de vous inscrire sur internet et de passer un entretien (parfois à distance) pour commencer rapidement à travailler.

Job étudiant sur Staffme

Voici quelques sites vers lesquels vous pouvez vous tourner :

A la clé, on retrouve des rémunérations brutes intéressantes (par exemple, 13,8€/h en moyenne pour Side.co).

Vous pouvez également faire jouer le bouche-à-oreille, contacter des entreprises à la recherche d'indépendants sur Linkedin, participer à des meetups de freelances,...

Quelles alternatives à la micro-entreprise pour entreprendre pendant ses études?

Vous pouvez parfaitement exercer une activité professionnelle en parallèle de vos études sans faire le choix de l'auto-entrepreneuriat.

Voici 3 alternatives qui peuvent être, dans certaines situations, plus pertinentes :

➡️ Opter pour un autre régime d'entreprise : EURL, SARL, SASU, SAS,...

➡️ S'appuyer sur le portage salarial

➡️ Se tourner vers le salariat

Questions fréquentes

Questiosn portant sur le cumul entre études et auto-entrepriseVous êtes étudiant, et vous aimeriez en savoir plus concernant le cumul de votre statut avec celui d’auto-entrepreneur ?

Voici quelques réponses aux questions que vous êtes susceptible de vous poser :

👨‍🎓 Peut-on être à la fois auto-entrepreneur et étudiant ?

💰 Peut-on être auto-entrepreneur et étudiant boursier ?

💸 Peut-on bénéficier des aides de la CAF en tant qu'auto-entrepreneur étudiant ?

🙋 Dois-je nécessairement sortir du foyer fiscal de mes parents pour devenir auto-entrepreneur étudiant ?

💼 Pourrai-je facilement fermer mon auto-entreprise ?

🏥 Mes dépenses de santé d'étudiant vont-elles continuer à être remboursées de manière identique si je deviens auto-entrepreneur ?

💶 Combien va me coûter ma micro-entreprise si je ne génère aucun chiffre d'affaires ?

Conclusion

En conclusion, retenez que vous pouvez parfaitement être étudiant et auto-entrepreneur en même temps.

Vous profiterez ainsi de la souplesse de ce statut, qui vous permettra de travailler à votre rythme, tout en bénéficiant de cotisations sociales réduites de moitié pendant vos quatre premiers trimestres d'activité (via l'ACRE). Vous pourrez ainsi générer un complément de revenu en parallèle de vos études.

D'autant que la micro-entreprise – qui ne constitue pas une société à proprement parler – ne suppose, dans l'immense majorité des cas, aucun risque financier.

En effet, si vous ne parvenez pas à générer de chiffre d'affaires, vous n'aurez rien à payer : ni cotisations sociales ni impôts. Par ailleurs, votre activité n'aura alors pas d'impact sur les montants des aides dont vous bénéficiez actuellement (APL, prime d'activité,...).

Enfin, le régime de l'auto-entreprise constitue, dans de nombreux cas, un excellent tremplin. Il peut vous permettre de "tester" une idée avant de vous tourner par la suite vers la création d'une véritable société.

Et même si votre projet échoue ou que vous décidez de l'abandonner, il sera sans doute intéressant de le mentionner dans votre CV !

Sources et textes de référence 📕

Vous suivez actuellement des études et vous souhaiteriez entreprendre en parallèle, mais vous hésitez toujours à franchir le pas ? Vous vous posez encore certaines questions au sujet du cumul des statuts d'étudiant et d'auto-entrepreneur ?

N'hésitez pas à nous faire part de vos éventuelles interrogations dans l'espace situé ci-dessous. 👇

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *