Abattement de l'auto-entrepreneur

L’abattement forfaitaire de l’auto-entrepreneur pour frais et charges : Tout savoir sur ce calcul fiscal

Qu'est-ce que l'abattement auto-entrepreneur ?

C'est probablement la question que vous vous posez si vous avez récemment créé votre micro-entreprise, ou si vous êtes sur le point de vous lancer.

Ce dispositif, qui constitue l'une des spécificités du régime fiscal de la micro-entreprise, permet de simplifier l'imposition de l'auto-entrepreneur.

Plutôt que de calculer le bénéfice réel de l'auto-entrepreneur (chiffre d'affaires - charges), l'administration fiscale va appliquer un abattement fixe (dit "forfaitaire") à son chiffre d'affaires.

Cet abattement va permettre de prendre en compte ses dépenses présumées dans l'exercice de son activité.

Dans cet article, nous nous efforcerons de répondre aux questions suivantes :

  • Qu'est-ce que l'abattement forfaitaire de l'auto-entrepreneur ? Quels auto-entrepreneurs sont concernés par cette déduction ?
  • Quels sont les taux d'abattement forfaitaire en micro-entreprise en 2021 ? Pourquoi diffèrent-ils selon la nature de l'activité exercée (micro-BIC ou micro-BNC) ?
  • Comment cette exonération permet-elle de calculer l'impôt de l'auto-entrepreneur ?
  • Qu'est-ce que le versement libératoire ? Pourquoi l'auto-entrepreneur ne peut plus bénéficier d'un abattement s'il choisit cette option fiscale ?
  • L'auto-entrepreneur doit-il appliquer l'abattement forfaitaire dans ses déclarations auprès de l'Urssaf, de la CAF et de Pôle Emploi ?

Qu'est-ce que l'abattement forfaitaire auto-entrepreneur ?

Dans cette partie, nous allons tenter de comprendre la raison d'être de l'abattement auto-entrepreneur, ainsi que son fonctionnement.

Une comptabilité allégée, qui ne permet pas de calculer le bénéfice réel

ComptabilitéC’est l’un des principaux avantages du régime de la micro-entreprise : vos obligations comptables sont réduites à leur strict minimum.

Ainsi, il vous suffit :

  • de tenir un livre-journal, dans lequel vous enregistrez vos recettes de manière chronologiques ;
  • d'établir un registre des achats si vous exercez une activité de commerce ;
  • d'émettre des factures aux normes.

La conséquence : vous n'avez pas la possibilité de déterminer votre bénéfice réel d'auto-entrepreneur.

En effet, vous ne pouvez pas, comme le fait une entreprise individuelle "classique", calculer la somme de vos dépenses professionnelles. Il vous est donc impossible de déduire vos charges du montant de votre chiffre d'affaires.

🧾 L'exception des frais de débours

L'auto-entrepreneur ne déclare que son chiffre d'affaires

Déclaration de chiffre d'affairesEn tant qu’auto-entrepreneur, vous allez vous contenter de déclarer votre chiffre d’affaires encaissé.

Vous produirez une déclaration :

  • tous les mois ou tous les trimestres à l'Urssaf ;
  • tous les ans (au printemps) à l'administration fiscale.

Votre chiffre d'affaires constitue le seul montant qui permettra de déterminer votre impôt sur le revenu (mais également vos cotisations sociales).

Vos dépenses réelles – que vous n'avez pas besoin de calculer ou de justifier – n'auront ainsi aucun impact sur le calcul de vos charges obligatoires.

📌 Bon à savoir : vous ne bénéficiez pas d'abattement pour le calcul de vos cotisations sociales. Le taux de cotisations prend toutefois déjà en compte, toujours de manière forfaitaire, vos dépenses professionnelles. On vous en dit plus dans la suite de l'article.

Un abattement sur le chiffre d'affaires, représentatif des dépenses professionnelles

Abatement représentatif des dépenses professionnellesComme vous ne pouvez pas imputer vos dépenses réelles à votre chiffre d’affaires, les services fiscaux vont vous permettre de bénéficier d’un abattement forfaitaire pour frais et charges.

Cette déduction est censée être représentative des dépenses professionnelles nécessaires à l’exercice de votre activité d’auto-entrepreneur. Elle va permettre de simplifier la prise en compte de vos charges professionnelles.

L’abattement du régime micro va ainsi venir, à travers un forfait, “remplacer” l’ensemble des dépenses auxquelles vous pouvez être amené à faire face :

  • L'achat de marchandises, de matières premières, de machines, d'outils,...
  • La location d'un bureau ou d'un local ;
  • L'achat de matériel de bureau (ordinateur, imprimante,...) et de fournitures (papier, classeurs, timbres,...) ;
  • La création et l'hébergement d'un site internet destiné à promouvoir vos offres ;
  • L'abonnement à des logiciels "SaaS" (suite bureautique, logiciel graphique, logiciel de facturation,...) ;
  • Des dépenses de communication (flyers, publicité sur internet,...) ;
  • Des primes d'assurance ;
  • Des frais de sous-traitance ;
  • etc.

En pratique, l'abattement correspond à un pourcentage fixe ("forfaitaire") de votre chiffre d'affaires. Son taux va dépendre du secteur d'activité de votre micro-entreprise.

Vous serez ainsi imposé uniquement sur une portion de votre chiffre d'affaires.

Le calcul du revenu imposable de l'auto-entrepreneur

Le calcul suivant va être effectué pour déterminer votre revenu imposable :

Chiffre d'affaires d'auto-entrepreneur - abattement
= Revenu imposable d'auto-entrepreneur

Le revenu ainsi obtenu sera ajouté aux éventuels autres revenus de votre foyer fiscal (salaires, revenus fonciers,...), et permettra de déterminer le montant de votre impôt.

🧮 Comment l'auto-entrepreneur doit-il calculer son chiffre d'affaires ?

Votre revenu imposable d'auto-entrepreneur sera également utilisé :

  • par la CAF, pour calculer vos droits à des aides sociales (RSA, prime d'activité,...) ;
  • par Pôle Emploi si vous êtes auto-entrepreneur et salarié, afin de déterminer le montant de votre allocation chômage.
📌 Bon à savoir : au-delà de l'impossibilité de déduire vos charges, le régime micro-fiscal vous empêche de bénéficier de la réduction d'impôt pour frais de comptabilité et frais d'adhésion à un centre de gestion ou à une association agréés.

Abattement forfaitaire : quels auto-entrepreneurs sont concernés ?

Auto-entrepreneurVous souhaitez pouvoir bénéficier d’un abattement forfaitaire ?

Tout d’abord, vous devez ne pas avoir choisi le régime optionnel de versement libératoire.

En effet, avec cette option, l’Urssaf calcule directement vos impôts d’auto-entrepreneur en multipliant votre chiffre d’affaires par un taux forfaitaire. Vous ne bénéficiez dès lors d’aucun abattement pour frais professionnels.

Deuxième condition pour bénéficier du régime micro-fiscal (et donc d’un abattement) : votre chiffre d’affaires annuel HT encaissé ne doit pas dépasser les plafonds auto-entrepreneur.

Ceux-ci s’élèvent en 2021 à :

  • 176 200 € par an pour des activités d'achat revente et des prestations d'hébergement (hors locations meublées autres que les chambres d'hôtes, les gîtes ou les locations meublées de tourisme) ;
  • 72 500 € par an pour des prestations de services commerciales et artisanales et des activités libérales.

En cas de dépassement durant deux années consécutives, vous serez contraint de quitter le régime de la micro-entreprise dès le 1er janvier de l'année suivante.

📌 Bon à savoir : Vous continuerez à bénéficier de l'abattement forfaitaire durant ces deux années de dépassement.

Notez que la règle du prorata temporis s'applique pour une création de micro-entreprise en cours d'année.

Par exemple, si vous êtes chauffeur VTC et lancez votre activité le 1er juillet 2021, le plafond de CA à respecter pour votre première année sera égal 72 500 € x (183/365) = 36 349 €.

📌 Bon à savoir : vous ne pouvez pas bénéficier de l'abattement auto-entrepreneur si vous vendez un bien utilisé pour votre activité professionnelle (on parle alors de cession d'élément d'actif).

Le résultat de cette vente sera imposé selon un régime différent : il s'agit du régime des plus ou moins-values professionnelles.

Auto-entrepreneur : quels taux d'abattement forfaitaire en 2021 ?

Un pourcentage d'abattement forfaitaire variable selon le secteur d'activité

Taux d'abattement forfaitaire auto-entrepreneurLe taux de l’abattement pour frais professionnels de l’auto-entrepreneur va dépendre de la nature de l’activité exercée.

Voici les pourcentages applicables en 2021 :

  • 71% du chiffre d'affaires pour des activités d'achat-revente et de prestations d'hébergement (à l'exception de la location meublée) ;
  • 50% du chiffre d'affaires pour des prestations de services commerciales ou artisanales, ainsi que de la location meublée ;
  • 34% du chiffre d'affaires pour des activités libérales ou d'agent commercial.

🔎 Exemple

📌 Bon à savoir : Quelle que soit la nature de votre activité d'auto-entrepreneur, vous pouvez bénéficier d'une déduction forfaitaire minimum de 305 euros.

Par exemple, si vous êtes prestataire de services (abattement de 50%), vos revenus d'auto-entrepreneur ne seront pas ajoutés à votre revenu imposable tant que votre CA reste inférieur (305 / (1-50%)) = (305 / 50%) = 610 euros.

🧪 Quel abattement forfaitaire en cas d'activité mixte ?

Les différentes activités qu'il est possible d'exercer en tant qu'auto-entrepreneur sont réparties dans deux groupes d'imposition, qui correspondent à des taux d'abattement différents  :

  • Le micro-BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) ;
  • Et le micro-BNC (Bénéfices Non Commerciaux).

Intéressons-nous de plus près aux abattements propres à chacun de ces régimes.

Les taux d'abattement auto-entrepreneur en micro-BIC (vente de marchandises, prestataire de services,...)

Prestation de service artisanaleLes auto-entrepreneurs exerçant une activité commerciale ou artisanale appartiennent à la catégorie des micro-BIC.

Au sein même de cette catégorie, les taux d’abattement vont varier selon la nature de l’activité exercée :

📦 Activité de commerce

🏡 Fourniture de logement

👨🏻‍🔧 Prestations de service

Les pourcentages d'abattement de l'auto-entrepreneur en micro-BNC (activité libérale ou agent commercial)

Prestataire de services pour une activité libéraleLe pourcentage d’abattement des auto-entrepreneurs qui exercent une activité libérale s’élève à 34% de leur chiffre d’affaires (ou de leurs recettes) déclarés.

Ils sont donc imposés sur 66% de leur chiffre d’affaires.

Parmi les activités libérales qui peuvent être exercées en micro-entreprise, on retrouve notamment :

  • des activités de formation (enseignant, coach sportif,...) ;
  • des activités de conseil et d'expertise (conseiller financier, consultant en informatique,...) ;
  • des activités de médecine douce (ostéopathe, sophrologue,...) ;
  • des activités artistiques (graphiste, maquettiste,...).

L'agent commercial auto-entrepreneur relève lui aussi du régime fiscal micro-BNC. Il bénéficie donc également d'un abattement de 34% de son CA.

Abattements auto-entrepreneur : tableau récapitulatif

Retrouvez ci-dessous un tableau récapitulatif des taux d'abattement forfaitaire en fonction de la nature de l'activité exercée, ainsi que les plafonds de chiffre d'affaires à respecter :

Abattement fiscal forfaitaire de l'auto-entrepreneur en 2021

Nature de l'activité

Exemples

Abattement forfaitaire

Plafond annuel de CA

- Achat-revente de marchandises ou d'objets
- Vente de produits fabriqués à partir de matières premières
- Denrées à consommer sur place

Achat-revente de timbres, création-vente de bijoux, restaurant,...

71%

176 200 €

Fourniture de logement

Chambres d'hôtes, gîtes, meublés de tourisme en location saisonnière,...

71%

176 200 €

Prestations de services commerciales ou artisanales

Coursier à vélo, chauffeur VTC, menuisier, charpentier, réparateur de véhicules, coiffeur, esthéticien,... 

50%

72 500 €

Activités libérales ou agent commercial (BNC)

Coach sportif, conseiller financier, consultant en informatique, naturopathe,...

34%

72 500 €

📌 Bon à savoir : si vous le souhaitez, vous pouvez renoncer au régime fiscal de la micro-entreprise.

Ce choix pourrait être judicieux si vous estimez que vos frais réels devraient être plus importants que l'abattement forfaitaire dont vous pouvez bénéficier.

Pourquoi le taux d'abattement forfaitaire est-il différent selon l'activité exercée ?

Activité principale exercéeComme nous avons pu le voir, le taux d’abattement forfaitaire de l’auto-entrepreneur diffère selon la nature de l’activité exercée (achat-revente, prestation de service ou activité libérale).

La raison est simple : tous les travailleurs indépendants ne font pas face aux mêmes charges.

Par exemple, le propriétaire d’un site e-commerce devra effectuer de nombreuses dépenses professionnelles : achat de stock, location d’un entrepôt, conception et maintenance d’un site web, publicité et marketing, fournitures, assurances,…

C’est la raison pour laquelle il bénéficie d’un abattement forfaitaire important, égal à 71% de son chiffre d’affaires. L’administration fiscale considère ainsi que, pour 100 € de CA, l’auto-entrepreneur va réaliser en moyenne 71 € de dépenses professionnelles.

À l’inverse, un graphiste va avant tout “vendre” son expertise, et devrait avoir des dépenses limitées. Il lui suffira d’un ordinateur, d’un bureau et de quelques logiciels pour se lancer.

Il est donc logique que son taux d’abattement fiscal (34%) soit relativement faible.

L'abattement fiscal forfaitaire est-il avantageux ?

Abattement forfaitaire auto-entrepreneurIl est assez simple de savoir si l’abattement forfaitaire du régime de la micro-entreprise est fiscalement avantageux.

Si le montant de vos dépenses professionnelles réelles est inférieur à l’abattement, vous êtes gagnant : vous serez imposé sur un bénéfice forfaitaire plus faible que votre bénéfice réel.

🔎 Exemple

À l'inverse, si vos frais professionnels sont supérieurs à l'abattement dont vous bénéficiez, cette déduction n'est pas intéressante pour vous. Il aurait été préférable que vous puissiez déduire vos frais réel. 

🔎 Exemple

Retenez toutefois que les plafonds de l'auto-entreprise viennent limiter votre marge de manœuvre. Si votre CA dépasse certains seuils pendant deux années consécutives, vous ne pourrez plus bénéficier du régime de la micro-entreprise, et donc d'un abattement forfaitaire.

Comment l'impôt de l'auto-entrepreneur est-il calculé avec l'abattement forfaitaire ?

Intéressons-nous maintenant aux différentes étapes suivies par les services fiscaux pour déterminer le montant de votre imposition.

📌 Bon à savoir : avec la mise en place du prélèvement à la source, l'administration calcule également votre taux personnalisé, ainsi que le montant de vos acomptes mensuels.

Elle met ces montants à jour tous les ans, en septembre, après prise en compte de vos revenus déclarés au printemps.

Notez que rien ne vous oblige à effectuer ces calculs. Il vous suffit de déclarer chaque année votre CA d'auto-entrepreneur et vos autres sources de revenu. Le fisc se chargera de vous indiquer le montant de votre impôt et de vos acomptes mensuels.

Si vous souhaitez anticiper le montant de votre impôt, la méthode la plus simple consiste à réaliser une simulation sur impots.gouv.fr.

1ᵉ étape : détermination de votre revenu net imposable grâce à l'abattement forfaitaire pour frais et charges

Tout d'abord, les services fiscaux vont chercher à calculer votre revenu fiscal net d'auto-entrepreneur.

Pour ce faire, ils vont déduire de votre chiffre d'affaires déclaré l'abattement pour frais professionnels (34%, 50% ou 71%). Cette déduction va leur permettre de prendre en compte, de manière forfaitaire, vos dépenses professionnelles.

🔎 Exemple d'application de l'abattement forfaitaire

🧾 Comment déclarer mon chiffre d'affaires d'auto-entrepreneur ?

Le fisc va ensuite y ajouter, le cas échéant, vos autres revenus (et/ou ceux de votre conjoint)  :

  • salaire ;
  • allocation chômage ;
  • pension de retraite ;
  • revenus fonciers;

Enfin, l'administration va :

  • Déduire certains abattements (par exemple une déduction forfaitaire de 10% sur votre salaire) ;
  • Puis retrancher certaines charges déductibles (pension alimentaire, cotisations versées au titre de l'épargne-retraite,...).

Elle obtiendra ainsi le revenu net imposable de votre foyer fiscal.

Vous pouvez retrouver la méthode de calcul du revenu net imposable en consultant le graphique ci-dessous :

Calcul du revenu net imposable

2ᵉ étape : Le calcul de votre quotient familial (revenu net imposable / nombre de parts)

Le dispositif du quotient familial permet d'alléger la progressivité de l'impôt sur le revenu, en prenant en compte la situation familiale du contribuable.

Le principe est relativement simple :

Ainsi, après avoir déterminé votre revenu net imposable, les services fiscaux vont calculer votre quotient familial. Ils vont pour cela effectuer ce calcul :

Quotient familial = Revenu net imposable / nombre de parts du foyer

Afin de connaître le nombre de parts de son foyer fiscal, les règles suivantes s'appliquent :

  • Une personne seule représente une part, un couple représente deux parts ;
  • Les deux premiers enfants permettent chacun de bénéficier d'une demie-part fiscale supplémentaire ;
  • Le troisième enfant permet de profiter d'une part fiscale supplémentaire ;
  • Le quatrième enfant et les suivants permettent chacun de bénéficier d'une demie-part fiscale supplémentaire.

Nombre de parts selon la composition du foyer fiscal

Nombre d'enfants à charge

Personne célibataire, divorcée ou séparée

Couple marié ou pacsé

Sans enfant

1 part

2 parts

1 enfant

1,5 part

2,5 parts

2 enfants

2 part

3 parts

3 enfants

3 parts

4 parts

4 enfants

4 parts

5 parts

3ᵉ étape : Application du barème progressif de l'impôt sur le revenu

Les services fiscaux vont ensuite appliquer le barème de l'impôt à votre revenu par part.

Objectif : calculer l'impôt dû pour une part fiscale.

Il s'agit d'un barème progressif, comportant 5 tranches d'imposition :

Taux d'imposition en fonction de la tranche de revenu
(déclaration 2021 sur les revenus 2020) (1)

Tranche de revenu

Taux d'impositon

Entre 0 et 10 064 €

0%

Entre 10 065 et 25 659 €

11%

Entre 25 660 et 73 369 €

30%

Entre 73 370 et 157 806 €

41%

Au-delà de 157 807 €

45%

Barème 2021 de l'impôt sur les revenus de 2020
📌 Bon à savoir : le taux de la deuxième tranche d'imposition est passé de 14% à 11% entre 2020 et 2021.

Enfin, le fisc va multiplier le résultat obtenu par le nombre de parts de votre foyer.

Le résultat obtenu correspond à votre impôt brut.

4ᵉ étape : calcul de votre impôt net

Les services fiscaux vont alors appliquer la règle du plafonnement du quotient familial. Celle-ci permet de s'assurer que chacune des demi-parts de votre foyer fiscal ne vous permette pas d'économiser plus de 1570 € (montant 2021).

Vous bénéficierez ensuite, dans certains cas, du dispositif de la décote, ainsi que de déductions fiscales et de crédits d'impôt.

Le fisc va ainsi pouvoir calculer votre impôt net. Il pourra en déduire votre taux personnalisé, ainsi que le montant de vos acomptes mensuels.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre article "Quels impôts pour auto-entrepreneur en 2021 ?".


Récapitulons la méthode de calcul de votre impôt sur le revenu avec l'abattement forfaitaire  :

  • Étape n°1 : détermination de votre revenu net imposable, grâce à l'application d'un abattement forfaitaire auto-entrepreneur ;
  • Étape n°2 : calcul de votre quotient familial (revenu imposable / nombre de parts) ;
  • Étape n°3 : application du barème progressif de l'impôt à votre quotient familial, puis multiplication du résultat par le nombre de parts ;
  • Étape n°4 : calcul de votre impôt net (plafonnement du quotient familial, décote,...)

Versement libératoire : pas d'abattement pour l'auto-entrepreneur

 Versement libératoire de l'auto-entrepreneurComme nous l’avons vu, le CA de l’auto-entrepreneur est minoré d’un abattement forfaitaire, puis ajouté à ses autres revenus imposables.

Mais il existe une autre possibilité fiscale : le versement libératoire de l’impôt (2).

Avec cette option, vous allez régler vos impôts d’auto-entrepreneur tous les mois ou tous les trimestres à l’Urssaf, en même temps que vos cotisations sociales. Votre fiscalité sera calculée en appliquant un pourcentage à votre chiffre d’affaires de la période écoulée.

Le taux du versement libératoire dépend lui aussi de la nature de l’activité exercée :

Taux du versement libératoire auto-entrepreneur en 2021 (3)

Nature de l'activité

Taux du versement libératoire

Vente ou prestation d'hébergement (hors location meublée) (BIC)

1%

Prestations de services commerciale ou artisanale, location meublée (BIC)

1,7%

Activités libérales ou agent commercial (BNC)

2,2%

Cette fois, avec le versement libératoire, vous ne bénéficierez plus d'aucun abattement. C'est la totalité de votre chiffre d'affaires qui sera multipliée par le  pourcentage forfaitaire dont relève votre activité.

📌 Bon à savoir : Pour bénéficier de cette option fiscale lors de l'année N, qui fait partie des avantages du régime de la micro-entreprise, votre revenu fiscal de référence (4) en N-2 doit rester inférieur à 27 519 € par part de quotient familial (seuil 2018 pour une application en 2020).

Vous devez en faire la demande auprès du Centre de Formalités des Entreprises auquel vous êtes rattaché (CCI, CMA ou Urssaf).

Les avantages du versement libératoire sont nombreux :

  • Le calcul de vos impôts est simple et prévisible : il vous suffit de multiplier votre CA de la période écoulée par un taux fixe pour le connaître. Il n'y a aucun effet de seuil, puisque votre impôt est proportionnel à votre chiffre d'affaires. Par ailleurs, le paiement de vos impôts se fait en même temps que celui de vos cotisations sociales ;
  • Les taux d'imposition sont faibles : seulement 1% à 2,2% de votre chiffre d'affaires ;
  • Vous éliminez le décalage entre l'encaissement de votre CA et le paiement de vos impôts. C'est particulièrement appréciable si vous faites face à une baisse soudaine de votre chiffre d'affaires, ou si vous exercez une activité saisonnière.

Si le versement libératoire peut souvent être avantageux, vous devez bien garder à l'esprit deux éléments :

  • Vous serez imposé dès le premier euro de chiffre d'affaires encaissé. Vous ne pourrez prétendre à aucun remboursement. Il ne s'agit pas d'un choix judicieux si vous êtes peu ou pas imposé avec le régime "classique" de la micro-entreprise ;
  • La déclaration d'impôt sur le revenu reste obligatoire. Par ailleurs, même s'ils ne seront pas à nouveau imposés, vos revenus d'auto-entrepreneur seront pris en compte pour déterminer le taux d'imposition appliqué aux autres revenus de votre foyer fiscal.

🔎 Versement libératoire de l'auto-entrepreneur : exemple

Afin de savoir si ce choix serait judicieux dans votre situation, de consulter d'autres exemples et de réaliser une simulation, n'hésitez pas à vous référer à notre guide "Tout savoir sur le versement libératoire en micro-entreprise".

L'auto-entrepreneur doit-il appliquer lui-même l'abattement forfaitaire lors de ses déclarations aux autres organismes (Urssaf, CAF et Pôle Emploi) ?

Comme nous l'avons vu précédemment, vous devez indiquer votre chiffre d'affaires d'auto-entrepreneur sans abattement dans votre déclaration de revenus annuelle.

Mais cette règle s'applique-t-elle à vos autres déclarations de revenus ? Devez-vous également déclarer votre CA brut, sans abattement ?

Urssaf : déclarez votre chiffre d'affaires sans abattement

Auto-entrepreneur - Urssaf - logoEn tant qu’auto-entrepreneur, vous devez déclarer votre chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trimestres à l’Urssaf.

Vous pouvez le faire sur le site Autoentrepreneur.urssaf.fr, ou via l’application AutoEntrepreneur Urssaf (disponible sur Android ou iOS).

Pour cette déclaration, aucune ambiguïté : vous devez impérativement indiquer votre chiffre d’affaires sans abattement, dans la catégorie correspondant à la nature de votre activité.

Déclaration trimestrielle de chiffre d'affaires de l'auto-entrepreneur sur l'application Urssaf

Le calcul de vos cotisations sociales sera réalisé en multipliant votre chiffre d'affaires par un pourcentage fixe, qui dépend de la nature de votre activité. En 2021, il s'élève à :

  • 12,8% de votre CA pour des activités d'achat-revente et des prestations d'hébergement ;
  • 22% de votre CA pour des prestations de services et des activités libérales.
📌 Bon à savoir : Même si vous ne pouvez pas bénéficier d'un abattement, on peut facilement constater que l'Urssaf prend en compte, indirectement, vos dépenses présumées d'auto-entrepreneur.

Tout d'abord, ces taux de cotisations dépendent de votre secteur d'activité : ils seront moins élevés pour une activité supposant des charges importantes.

Ensuite, ces pourcentages sont relativement faibles. À titre de comparaison, les entreprises au réel doivent verser des cotisations sociales correspondant à environ 45% de leurs bénéfices.

Aides de la CAF : en principe, vous devez déclarer votre CA sans abattement

Logo de la CAFVous bénéficiez d’une aide de la CAF (RSA, prime d’activité, AAH,…) ? Vous allez devoir déclarer chaque trimestre l’ensemble de vos ressources.

Et c’est bien votre chiffre d’affaires mensuel brut, sans abattement qu’il faudra indiquer :

Déclaration trimestrielle CAF de l'auto-entrepreneur
Abattement automatique pour l'auto-entrepreneur dans sa déclaration CAF
📌 Bon à savoir : si vous décidez d'effectuer une déclaration papier, les choses sont beaucoup moins claires !

Plusieurs témoignages indiquent qu'il convient de déclarer les revenus nets réalisés par votre micro-entreprise – et donc d'appliquer vous-même l'abattement forfaitaire pour frais professionnels.

Afin de lever toute ambiguïté, nous vous suggérons de poser la question à l'agence CAF en charge de votre dossier.

Abattement forfaitaire auto-entrepreneur Pôle Emploi : dois-je l'appliquer moi-même lors de mon actualisation ?

Logo Pôle EmploiSi vous avez créé votre micro-entreprise après avoir perdu votre emploi, vous avez la possibilité de cumuler partiellement vos revenus d’auto-entrepreneur et votre allocation chômage (ARE).

Afin de bénéficier du maintien partiel de votre ARE, vous devez vous actualiser tous les mois. Vous indiquerez notamment votre revenu d’auto-entrepreneur (réel ou estimé).

Actualisation mensuelle Pôle Emploi auto-entrepreneur avec justificatifs

En théorie, vous êtes censé appliquer vous-même l'abattement forfaitaire auto-entrepreneur. Si vous êtes par exemple prestataire de service (50% d'abattement) et avez réalisé 1 000 € de chiffre d'affaires au cours du mois dernier, vous devrez déclarer 500 € de revenus.

Sauf que... certaines agences Pôle Emploi s'attendent à ce que les demandeurs d'emploi ne déclarent que leur chiffre d'affaires brut, sans appliquer d'abattement !

🔎 Notre conseil : afin d'éviter toute erreur de déclaration, nous vous invitons à demander à votre agence la marche à suivre, et ce dès la création de votre micro-entreprise.

Abattements de l'auto-entrepreneur : réponses aux questions fréquentes

Foire aux questionsVous vous posez certaines questions bien précises au sujet de l’abattement forfaitaire dont peut bénéficier l’auto-entrepreneur ?

Vous trouverez dans les onglets ci-dessous nos réponses aux questions fréquemment posées à ce sujet.

💶 Qu'est-ce que l'abattement forfaitaire Auto-Entrepreneur ?

💰 Quels sont les taux de l'abattement forfaitaire de l'auto-entrepreneur ?

📊 Comment effectuer une simulation d'impôt auto-entrepreneur en 2021 ?

💶 Quel est le montant minimum de l'abattement fiscal forfaitaire ?

💸 Calcul des charges sociales par l'Urssaf : l'auto-entrepreneur bénéficie-t-il d'un abattement ?

🧾 Dois-je appliquer l'abattement forfaitaire lors de ma déclaration d'impôt ?

👪 Dois-je appliquer l'abattement forfaitaire lors de ma déclaration CAF ?

💼 Dois-je appliquer l'abattement forfaitaire lors de mon actualisation Pôle Emploi ?

Conclusion

Notre article dédié aux abattements en micro-entreprise touche à sa fin !

Comme nous avons pu le voir, l'auto-entrepreneur ne peut déduire ses dépenses réelles de son chiffre d'affaires.

En contrepartie, il bénéficie d'un abattement fiscal forfaitaire pour le calcul de son impôt sur le revenu. Cette déduction correspond à un pourcentage de son chiffre d'affaires : 34%, 50% ou 71% selon l'activité qu'il exerce.

Dans la majorité des cas, ce mode de calcul sera avantageux. Dans le cas contraire, il pourrait être judicieux de renoncer au régime fiscal de la micro-entreprise, ou d'opter pour la création d'une "véritable" société (SASU, EURL,...).

Vous avez toujours des questions au sujet de l'abattement fiscal de l'auto-entrepreneur ? Vous rencontrez des difficultés pour calculer cette déduction ?

N'hésitez pas à nous solliciter dans l'espace commentaires ! 👇

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *